Accueil

 


 

Bonjour tout le monde,

Nous sommes Michel et Angéline et nous vous souhaitons la bienvenue.

Nous sommes un couple tout à fait ordinaire mais nous vivons des choses extraordinaires que nous ne voulons pas garder pour nous. C’est la raison de ce site qui est en cours de construction.

 


 

Quelques mots sur nous :

Angéline :

Je suis née en 1959, et j’ai grandi grandi dans une famille catholique croyante et pratiquante. Quand j’avais 7 ans, ma maman est morte des suites d’un cancer. C’était terrible. Le soir avec ma soeur et mon papa, on pleurait et on priait Dieu en lui demandant s’assécher nos larmes. Je lui adressais des prières répétitives apprises au catéchisme.

Deux ans plus tard, mon papa s’est remarié, ce qui pour lui fut une grande consolation, mais pas pour moi. Ce fut une période très difficile, ma marâtre me faisant subir d’injustices. J’en souffrais beaucoup, mais je priais d’autant plus.

 AngélineA 15 ans,je fais la  connaissance de celui qui va devenir mon mari et le père de mes deux enfants : un garçon né en 1982 et une fille en 1985. Avec mon mari et ses deux enfants,je vis un conte de fée, une histoire d’amour digne d’un roman-photo. Mais un jour tout s’écroule autour de moi : mon mari me quitte pour une autre. Je tombe alors dans une dépression si profonde que seule  la présence de mes enfants et les anti-dépresseurs m’aident à tenir bon.

Un jour, un membre de sa famille m’invite à une soirée de prière dans une église pas comme les autres, pas comme celles que je connais. Je suis surprise de l’accueil que me réservent les personnes présentes ce soir-là. Je les entends adresser directement et spontanément leurs prières à Dieu comme si elles si parlaient avec lui, alors que je ne lui adressait  que des prières répétitives apprises au catéchisme.

Par la suite, ces personnes, pleines d’amour et de compassion, viennent me rendre visite et me parlent de Jésus, Sur leur conseil, je commence à lire la Bible et je trouve des passages qui m’encouragent et me redonnent espoir en la vie.

Je comprends et croit que Jésus est mort sur la croix pour moi, que je peux moi aussi m’adresser directement à Lui et que je peux lui confier tous mes soucis et toutes mes peines. C’est alors que je donne donne son coeur à Jésus.

Angéline, toujours le sourire

Ces personnes prient pour moi en m’imposant les mains et je suis complètement libérée des anti-dépresseurs. Je retrouve enfin goût à la vie bien que le divorce soit prononcé. Je trouve ma force auprès de Jésus,qui me soutient, me fortifie et par obéissance à ce qu’il nous dit, je passe par les eaux du baptême, je me mets à lire la Bible et je fréquente une de ces églises où on parle directement à Dieu  et j’enseigne à mes enfants que l’on peut avoir une relation personnelle avec Dieu.

Je reste seule avec mes deux enfants durant neuf années avant de rencontrer Michel qui deviendra mon mari quelques temps plus tard. Jamais ô grand jamais, je n’aurais penser me remarier un jour. Je pensais que va vie était détruite, mais Jésus l’a reconstruite. Il m’a non seulement redonné un mari, mais il m’a redonné le goût de vivre et la joie dans mon coeur.

Dans la Bible, un jour j’ai lu que Dieu exauce même ceux qui ne demandent rien. J’ai été exaucée au-delà de ce que je pouvais penser ou même espérer alors que je n’avais rien demandé.

S’il exauce ceux qui ne demandent rien, que se passera-t-il pour ceux qui demandent ?


 

Michel :

 

1956. L’imprévu arrive. Le petit caoutchouc qui devait m’empêcher de venir jouer le trouble-fête n’a pas rempli son rôle. Coucou, me voilà. 

Rien ne me prédestinait à la vie. Rien

Rien ne me prédestinait à faire un site internet comme celui-ci. Rien !

Rien ne me prédestinait non plus à être ce que je suis aujourd’hui. Rien.

L’enfant terrible au caractère rebelle que j’étais a motivé sa mère à prier Dieu. Longtemps. J’en riais. je me moquais d’elle. J’en ri encore mais pour d’autres raisons. Mon frère lui aussi priait pour moi. Pourquoi ? Parce qu’eux, ils y croyaient. Moi pas.

branleur-a-lunettes

1974. Longtemps j’ai couru après du vent. Après des illusions. Après du rêve. Une belle situation. Beaucoup d’argent.

1977. Ma profession de rêve ? Le cambouis, la graisse et les boulons. Mécanicien sur autos. Métier de rêve ? Bof ! Mais qui a eu son avantage. Dans un garage, y avait l’autre apprenti. Celui qui bégayait. Mais grave !

1980. Une femme pour la vie. Tu parles ! Des enfants magnifiques. Sûr, ils sont là, ils existent. Je les aime

1991. Le mariage est englouti par le divorce et me laisse un gout de souffrance, d’amertume de déboires et de larmes.. J’ai tenté de les noyer dans l’alcool. J’ai tenté de cacher ma détresse dans la fumée du shit. Que dalle !

1992. Un jour, je revois l’autre apprenti. Il m’a parlé de jéjé…de jéjé… J’ai dit mais c’est qui jéjé ? Jésus ! Ah ?! Et alors ? 

Il a ajouté que Jé…jé.. Jésus peut changer ma vie. Fada ! Changer ma vie ? Ma vie c’est la galère, ma femme est partie,  les enfants avec. J’ai perdu mon boulot. Je suis sans le sou. Et voilà l’autre qui me parle de son jéjé ! Non, mais… !

visage

Quelques temps plus tard, entraîné au bord du gouffre par la souffrance, le suicide semble la délivrance. Je veux être délivré. Juste avant, je dis à jéjé, au cas où il existerait :

« Jésus, ma vie, je n’en veux plus. Mon copain m’a dit que tu peux changer des vies. Change la mienne ou je mets fin à mes jours ».

Ça, c’est une prière que tu trouves dans aucun recueil de prières. Dans aucun manuel de l’imparfait croyant. Encore moins dans celui du non-croyant. Pratiquant ou pas !

Le plus dingue ? C’est que jéjé, pardon Jésus  m’a répondu. Il a tout effacé. Il m’a délivré. Non,non, il ne m’a pas poussé dans le suicide. Il m’a retenu. Il avait un autre plan. Moi qui croyais qu’il n’existait pas. Je me suis gouré. Il existe. Il change des vies. Ça, c’est sûr. Il a changé la mienne.

Ma mère, mon frère n’ont pas prié en vain. Les autres non plus, je sais qu’il y en a eu.Et beaucoup. C’est dire si j’étais coriace.

1995. Par des circonstances organisées par le ciel, je rencontre Angéline. Elle devient mon épouse en 1996

2016. Maintenant je ris parce que j’ai la joie de vivre. 

Rien ne me prédestinait à la vie. Pourtant je suis un bon vivant. La vie est belle

Rien ne prédestinait à être croyant un jour. Rien. Pourtant je le suis devenu.

Rien ne me prédestinait à témoigner un jour. Rien. Pourtant je le fais. C’est pour ça que ce site existe.

Vous verrez, y a des histoires dingues. Et elles sont toutes vraies. Promis.

 
Retour haut de page